La plus grande communauté running de Belgique
  • Belgium Running
  • Publier le mardi 18 septembre 2018 à 10:43 - Mis a jour le mardi 18 septembre 2018 à 10:43

« Je n’ai pas le temps d’aller courir »: comment gérer un agenda surbooké?

Face à un agenda surbooké, il est parfois difficile – mais pas impossible ! – de mener à bien ses objectifs et, surtout, de suivre un entraînement régulier.

Comparée à d’autres sports, la course à pied n’est pas la discipline la plus chronophage. Courir est en effet le sport de la flexibilité par excellence. Il ne nécessite que peu de matériel et peut être pratiqué à toutes les saisons et en chaque lieu. Le cycliste, qui craint la pluie et ne va pas sortir sa bécane pour seulement 45 minutes, ou le nageur, qui doit d’abord trouver une piscine et des créneaux horaires disponibles, ne peut pas en dire autant. Pourtant, tous les passionnés de running sont, à un moment ou un autre, face au même casse-tête : comment trouver le temps pour mener à bien son entraînement ? Et ce, qu’il s’agisse de sortir une, deux, trois fois ou plus par semaine. Avec un peu d’organisation et de bon sens, il est cependant possible de mêler de front ses activités sportives avec sa vie professionnelle et de famille ou même avec d’autres loisirs.

Le plaisir avant tout

Le premier élément à prendre en compte si vous lisez ces lignes est que, sauf exception, la pratique de la course à pied n’est pas votre métier. Et que, dès lors, cette passion doit toujours rimer avec plaisir, qui est le moteur qui vous poussera à mener à bien vos objectifs, peu importe la nature de ceux-ci. Il faut aussi garder à l’esprit qu’il est à la fois possible de suivre un entraînement régulier sans devenir pour autant allergique à toute perturbation extérieure au milieu du running qui viendrait modifier votre agenda. Attention, il ne s’agit pas de repousser au lendemain une séance qui peut être faite aujourd’hui. Mais gardez le sens des priorités face aux impératifs professionnels ou familiaux. Le plaisir n’en sera que plus grand lorsque vous pourrez – enfin – aller enfiler vos runnings, l’esprit tranquille.

Le sens des priorités

« Mais moi, je n’ai vraiment pas le temps », allez-vous peut-être dire en lisant ces lignes. Cela arrive. Mais pas tout le temps, du moins si la course à pied fait vraiment partie de votre équilibre de vie. Il y a des périodes dans l’année ou dans la vie plus chargées que d’autres. Pour tout le monde. Mais il est aussi bon de se poser les bonnes questions. Si vous aimez courir et que vous ne trouvez pas le temps pour le faire, avez-vous, par exemple, vraiment besoin de passer plusieurs heures par semaine devant des écrans ? Ou besoin de faire la grasse matinée le dimanche ? Ou avez-vous vraiment envie de mener à bien vos objectifs, qu’il s’agisse de performance ou de santé ? Chacun aura ses propres réponses à ces questions. En fonction de celles-ci, vous pourrez éventuellement dégager un peu de temps. La balle est aussi dans votre camp.

Profitez des moments creux

Le coureur à pied à l’agenda bien chargé ne doit pas tergiverser et avoir une bonne dose de motivation, c’est certain ! Si c’est le cas, profitez de chaque moment creux dans votre semaine pour y trouver un espace pour vous évader. Cela peut être, par exemple, à midi lorsque vos collègues profitent de leur pause ou le week-end avant que la famille ne se réveille, voire plus tard dans la journée durant la sieste des enfants ou avant de passer à l’apéro. Courir ne doit pas être une obsession mais, toujours dans le but de mener à bien vos objectifs, il faut cependant toujours être prêt à partir. N’hésitez d’ailleurs pas à trimballer votre sac de sport dans le coffre de votre voiture. On ne sait jamais qu’une ouverture pour un entraînement se présente en cours de route…

Écoutez votre entourage

La course à pied, si elle n’est pas aussi chronophage que d’autres disciplines, n’en est pas moins une pratique qui peut être définie comme égoïste pour tous ceux qui ne savent vivre sans. On court car cela nous fait du bien, car nous voulons progresser ou car nous avons besoin tout simplement de souffler. Elle l’est d’autant plus si votre entourage n’a aucune affinité avec le running. Cela n’est pas un mal pour autant. Après tout, chacun a le droit de se faire plaisir. Comme pour tout, il ne faut cependant pas en abuser. Soyez à l’écoute de votre entourage, tout comme vous l’êtes avec votre propre corps. Si vous avez des journées chargées et éloignées de votre domicile, on comprendra que votre conjoint l’ait mauvaise si vous vous évadez tous les soirs pour aller courir. Il y a peut-être moyen, dans l’organisation de votre semaine, de trouver d’autres alternatives.

Tout est question, comme pour toute passion, de trouver le bon dosage.

Thibaut Hugé

Partager avec vos amis
Autres articles
Plus d'articles