La plus grande communauté running de Belgique
  • Belgium Running
  • Publier le lundi 28 janvier 2019 à 06:18 - Mis a jour le lundi 28 janvier 2019 à 06:18

Les bienfaits du cross pour les coureurs à pied

Un détour par les labourés peut être bénéfique pour tous les coureurs. On vous dit pourquoi.

Si vous cherchez à varier vos entraînements durant l’hiver, le cross-country peut être une excellente alternative à vos habituelles sorties. Les bienfaits d’un détour par les labourés sont nombreux, que ce soit pour les routiers, les pistards voire même les traileurs. Thomas Vandormaele, coach Belgium Running, pointe quelques-uns des atouts d’une discipline très souvent plébiscitée par les entraîneurs.

Un mental renforcé

« Quand tu fais une saison de cross, tout semble abordable par la suite. » Le cross-country, c’est une vraie école de vie qui apprend à dépasser ses limites dans un contexte souvent difficile, fait de boue, de pluie, de vent. Et même si quand on n’est pas dans un bon jour, la ligne d’arrivée semble inatteignable, celui qui s’y essaye en sortira toujours grandi sur le plan mental.

Un excellent entraînement

Qui dit cross dit sols instables, avec de la boue, des racines ou de l’herbe bosselée. Mais aussi un effort relativement intense, avec de nombreuses relances et à tenir sur une distance généralement comprise entre 3 et 12 km. Cette pratique, qui nécessite donc le port de spikes avec le plus souvent les pointes les plus longues (18 mm), stimule donc les muscles différemment qu’habituellement, tout en étant un formidable substitut à un travail d’intervalles. Ce qui, dans le cas d’une planification correcte, ne peut qu’être bénéfique pour le développement de votre puissance aérobie, soit votre capacité à effectuer des activités physiques soutenues dans le temps avec une fatigue réduite et une récupération rapide. Un détour par les labourés peut être effectué quand vous le souhaitez, en fonction de vos objectifs et de la programmation de votre entraînement. En automne, le climat et les sols sont généralement plus « faciles » à digérer qu’au cœur de l’hiver. N’en abusez cependant pas, sauf si vous faites de la saison de cross votre réel objectif.

On apprend à s’écouter

Dans les labourés, vous pouvez laisser votre montre GPS connectée dernier cri à la maison. Car ici, plus de stress du chrono. Et ça fait du bien. Une vraie parenthèse dans un monde de la course à pied trop souvent enfermé dans les chiffres. Une moyenne, voire même une distance, ne veut pas dire grand-chose en cross-country avec les innombrables relances, virages et autres passages techniques. On (ré) apprend donc à courir à l’instinct, en écoutant avant tout ses sensations. Pour ceux qui font la course en tête, cela permet même de développer le sens tactique pour, en fonction de ses qualités, savoir quand placer l’attaque pour faire la différence.

Une variation de l’entraînement

Multiplier les terrains de jeu permet aussi de ne pas sombrer dans la monotonie. Le cross n’échappe pas à la règle, avec un côté ludique en plus. Car la saison de cross est l’occasion idéale pour découvrir de nouveaux coins, des parcours souvent sympas où, pour une fois, tourner en rond apporte un réel plus : celui de croiser souvent ses concurrents et de pouvoir bénéficier d’encouragements tout au long de l’effort.

Partager avec vos amis
Autres articles
Plus d'articles